Informations sur la Programmation

Rechercher

Des techniques nouvelles dépassées

Licence Creative Common by SA

lundi 18 juin 2018, par matthius


Les objets connectés, c’est à dire tout ce qui fonctionne à distance sur batterie, pose des problèmes de protection des données. Alors on peut crypter. Seulement ça consomme plus d’énergie. Donc la non sécurité des objets connectés est écologique. De toutes façons, les ordinateurs quantiques pourront tout décrypter. Donc il faudra utiliser des réseaux quantiques attaquables uniquement à l’émetteur et au récepteur.

Un appareil avec interrupteur sans fil c’est deux sources d’énergie dont une consomme en permanence. Un interrupteur filaire ne consomme que quand il est utilisé.

Toutes les ondes faisant passer beaucoup de données sont nocives pour la santé. En effet, Luc Montagnier montre que notre corps et l’eau utilisent les micro-ondes de nos appareils connectés. On pourrait filtrer ces ondes qui gênent le corps. Seulement on ferait passer un peu moins de données, ce qui est gênant pour le lobby des portables. Pourtant les ondes électromagnétiques permettent de trouver les solutions à nos problèmes de santé, en Chine ou en Russie.

La finance veut tout contrôler. Ainsi tout est centralisé. Alors les Smart Cities peuvent se voir entièrement arrêtées à cause soit du privé, soit d’un cracker qui se connecte à la Smart City.

L’internet français passe par Paris. Alors il devient facile de tout voir dans le réseau internet. Il n’y a aucun moyen de passer inaperçu si on a internet. Alors on peut se faire attaquer plus facilement.

Le net n’est plus neutre. Au lieu d’interdire de stocker les données françaises en dehors de la France, ce qui permettrait de créer un réseau social français avec son Intelligence Artificielle dernier cri, on propose de taxer Youtube parce qu’il consomme plus. Alors le net devient inégalitaire. Il est pourtant possible de créer un service public de vidéos gratuites françaises.

Les libraires ont trop de pouvoir en France. Ainsi les éditeurs sont attaqués par les libraires afin d’empêcher l’accès direct. Alors les libraires et imprimeurs ne rémunèrent même plus les auteurs quand il s’agit de vendre des livres à la demande ou des livrels payants. Là encore, un service public serait bienvenu et rapporterait à l’état français.


matthius

Matériel

Mots-clés

Accueil

Rechercher